Savitri - Book Seven - Canto 1

An anvil for the blows of Fate and Time: Or tired of sorrow's passionate luxury, Grief's self became calm, dull-eyed, resolute, Awaiting some issue of its fiery struggle, Some deed in which it might for ever cease, Victorious over itself and death and tears. The year now paused upon the brink of change. No more the storms sailed with stupendous wings And thunder strode in wrath across the world, But still was heard a muttering in the sky And rain dripped wearily through the mournful air And grey slow-drifting clouds shut in the earth. So her grief's heavy sky shut in her heart. A still self hid behind but gave no light: No voice came down from the forgotten heights;

Une enclume pour les coups du Destin et du Temps ; Ou bien, las du luxe passionné du chagrin, Le soi de la peine, les yeux ternes, calme et résolu, Attendait une issue à sa lutte fervente, Un acte par lequel il cesserait à jamais, Victorieux sur lui-même et la mort et les larmes. Puis l’année hésita sur le bord du changement. Les orages ne battaient plus leurs ailes immenses, Le courroux du tonnerre ne couvrait plus le monde, Mais encore un grondement résonnait dans le ciel, Et dans l’air maussade la pluie s’égouttait encore Et de lentes nuées grises encerclaient la terre. De même le ciel de sa peine enfermait son cœur. Un être immobile se cachait en arrière : Nulle voix ne descendait des hauteurs oubliées ; Seul, dans l’intimité de sa douleur secrète, Son cœur humain parlait au destin de son corps.

Only in the privacy of its brooding pain Her human heart spoke to the body's fate.

Fin du Chant Un

End of Canto One

11

Made with